13 février 2013 ~ 0 Commentaire

Knossos en Messara

Onzième information : 

 

Il s’agit maintenant de « Knossos » lui-même. Knossos a été situé, encore une fois par Sir Evans, à cinq kilomètres au Sud d’Héraklion. C’est le fameux palais dont on sait maintenant qu’il s’agit d’une nécropole surmontée d’un temple solaire ( Sandy Mac Gillivray et d’autres l’ont suffisamment démontré).

Aucune des anciennes cartes représentant la Crète, avant Evans, ne mentionne Knossos… et il était donc impossible de le localiser…. et cela même si dans de nombreux récits d’explorateurs, il était question de Knossos…

On pourrait commencer par un certain Vitruve qui, dans sa série de livres «  De architectura », mentionne Knossos mais de bien étrange façon… ?

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/Vitruve/livre1.htm#1

10. Veut-on s’assurer que les herbes et les fruits peuvent faire connaître la qualité du terrain qui les produit ? On le peut facilement, par les remarques faites sur les terres qui, en Crète, avoisinent le Pothérée, rivière qui coule entre deux villes de cette île, Gnossus et Gortyne. A droite et à gauche paissent des troupeaux ; ceux qui paissent près de Gnossus ont une rate ; mais on ne rencontre point de viscère chez ceux qui se trouvent de l’autre côté, près de Gortyne. Les médecins ont cherché la cause de cette singularité, et ont trouvé dans cet endroit une herbe qui a la vertu de diminuer la rate (NDLR : rate se dit « spleen » en anglais) des animaux qui la broutent. Ils ont cueilli cette herbe et en ont fait un médicament pour guérir les personnes affectées de splénite. Les Crétois l’appellent ἄσπληνον. (NDLR : lire « asplinon », le « a » étant privatif) Cet exemple fait voir que la nourriture et la boisson peuvent faire apprécier la qualité bonne ou mauvaise des terrains 

On y lit que Gnossus et Gortyne ne sont séparés que par une rivière, le Pothéré… or il y a bien une rivière (maintenant un ruisseau) qui coule à Gortyne….

C’est le Lithaios, 5ème fleuve des Enfers, baptisé aussi «  Fleuve de l’Oubli »…. et qui a des eaux contenant des poussières provenant des montagnes qu’il traverse….. dont celle avoisinant le labyrinthe….

Et pour oublier, quoi de mieux que certaines substances souvent naturelles qui réduisent le volume de cette « rate » génératrice de « spleen »…. d’autant que l’Eglise d’Agia Limni, à l’entrée du village d’Agii Deka, a été construite sur un étang qui était alimenté par les eaux du Lithaios … et qu’en buvant cette eau, on « oubliait » ses problèmes….

La lecture des récits de voyageurs qui sont passés par là nous disent aussi que, pour aller visiter le labyrinthe, ils devaient trouver des guides dans le village de Knossos situé près de Gortyne

http://ouestknossos.unblog.fr/  

Enfin très récemment, Mr Antonino Di Vita, archéologue italien de réputation internationale, publiait dans son dernier livre «  GORTINA DI CRETA » (l’ERMA di BRETSCHNEIDER – 2010), en page 6, une carte de Critosforo Buondemoldi, datée de 1415, où l’on peut que distinguer avec précision que Gnosus est un faubourg de Gortyne….

 

fichier pdf Gnosus – Gortyne 

« GORTINA DI CRETA – Quindici secoli di vita urbana »

Antonino du Vita. (Archéologue italien)

Page 6 de cet ouvrage :

C. Buondelmondi,

Descriptio Insulae Candiae,

Firence, Biblioteca medicea laurenziana

 

On voit très nettement sur cette carte l’amphithéâtre qui, au centre de Gortyne (devenue « Agii Deka »… les « Dix Saints »… ), a été le lieu où furent décapités le 23 décembre 250, par les romains, les « Dix martyrs » qui s’opposaient au gouvernement romain en invoquant un certain « christos » ( en grec, christos veut dire « bon, honnête, loyal »).

On voit aussi en bas de la carte cette Acropolis qui est toujours en place….

On voit, passant à côté de cette Acropolis, la fameuse rivière « Lithaios » …

On voit aussi les traces des monuments du secteur  et même la mention de « Agii Deka » tandis qu’au centre, on lit le nom «  GNOSUS »….

Maintenant, parlons d’un autre élément colossal….

http://www.chronosynchro.net/wordpress/r08/ 

Les historiens grecs donnent des renseignements qui éclairent l’origine ethnique des Philistins. Selon Homère (vers -850):

Au milieu de la vaste mer est la belle et féconde île de Crète des milliers d’hommes l’habitent, et quatre-vingt-dix villes sont renfermés dans ce pays, où l’on parle divers langages. Là sont les Achéens [Mycéniens], les magnanimes Crétois autochtones, les Kydoniens, les Doriens, divisés en trois tribus, et les divins Pélasges. Au milieu de cette contrée s’élève la grande ville de Cnossos où Minos régna pendant neuf ans (OdysséeXIX:173-177).

            Le « Cnossos » actuel se situe sur la côte NORD de la Crète…. à 5 kilomètres au Sud d’Héraklion… et donc absolument pas AU MILIEU de cette grande île !

En revanche, le « Knossos » situé près de Gortyne se trouve, lui, au centre de la plaine de Messara qu’il faut, de plus, imaginer de bien plus grande étendue dans un passé lointain puisque le niveau de la mer était inférieur à ce qu’il est aujourd’hui… et, qu’en -1648 a eu lieu le séisme de Santorin qui a fait s’effondrer, à l’évidence cette partie du Golfe de Messara ( il suffit de regarder les falaises de Matala).

Que de coïncidences, ne trouvez-vous pas ?

Alors, où est réellement Knossos ?

D’Homère, de Vitruve à Antonino Di Vita en passant par Buondelmondi ou Paul FAURE, c’est la même constance…. sauf si l’on se réfère à Sir Evans et à son ami Minos Kalokairinos ….

http://fr.cityguide.diamscity.com/guide-grece/gortyne-gortyna,cityguide,118000000X001XfrX5V14650.html

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Histoire(s) en Mai |
Animauxmangeurdhommes |
Pato001 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le génocide arménien, génoc...
| Lebravefantassin
| Petitevoyageuseornormeetann...